Un autre chemin vers l’Ultime / Keiji Haino

UGS : prl007

15,00

prl007

Keiji Haino est un personnage qui ne cesse d’éveiller des idées dans l’esprit de ceux qui le rencontrent. Habituellement entouré d’amplis, d’une myriade de pédales et de câbles branchés sur sa guitare, c’est pourtant la puissance de la simplicité de son concert vocal qui a frappé le public du Centre Pompidou à Paris en 2008, où il se produisait dans le cadre du festival Infamous Carousel. L’année suivante, j’ai pu le côtoyer de près en lui servant d’interprète lors d’un concert solo qu’il donnait aux Instants Chavirés à Montreuil. Ce fut l’occasion pour moi de comprendre son exigence, sa quête musicale sans répit dans laquelle il s’efforce constamment de donner le meilleur de lui-même. Je me suis alors demandée s’il ne pourrait pas reproduire ce qu’il avait fait en 2008, mais sans l’aide de la technologie, en remplaçant l’amplification électrique par l’acoustique naturelle d’un lieu. Concrétiser la proposition n’a pas été bien long ; mon ami Éric Cordier – lui-même musicien et avec qui je dirige le label – travaille depuis 20 ans sur la prise de son en relation avec des sites spécifiques, et connaissait dans sa région d’origine quelques endroits à l’acoustique intéressante.

Nous voici en route vers la Normandie, en juin 2010. Nous avons consacré une semaine à l’exploration de la voix de Keiji Haino. Une voix conçue en dehors de toute école, à travers un parcours singulier, une voix à la fois rock et spirituelle, hors de tout tabou, une voix qui nous secoue. Cette fois-ci, de surcroît, elle est présentée dans son état le plus pur. Parmi les lieux que nous avons parcourus, plusieurs églises et grottes, une forêt, une falaise, un tunnel, des friches industrielles… C’est dans la grotte-carrière du village de La Haye de Routot que Keiji Haino a pu déployer tout son être, nous offrant une heure de chant introspectif, à tel point qu’à un moment il m’a semblé le voir disparaître… c’est dire comment sa voix et son corps entier ont pu se fondre avec l’espace, voire devenir l’atmosphère elle-même. Cet album propose donc cet enregistrement principal, précédé de ceux effectués dans l’église du même village.

Satoko Fujimoto

Keiji Haino is an individual that never ceases to provoke new ideas in the minds of those that meet him. And so, although he is usually surrounded by amplifiers, a myriad of effects pedals, and cables plugged into his guitar, he nonetheless amazed his audience with the power of the simplicity of his purely vocal performance and the Centre Pompidou in Paris, in 2008, as part of the InFamous Carousel Festival. The following year I had the opportunity to get to know him a bit better, acting as interpreter for his solo performance at Les Instants Chavirés in Montreuil. Being the intermediary for all his questions allowed me to fully understand the extent to which he attempts to give the absolute best of himself on stage, and how he leads a tireless quest for music. This led me to wonder if what he had done in 2008 couldn’t be done without the technology, replacing the electronic amplification with the acoustic properties of a space. Solidifying this proposal did not take long; my musician friend and label associate, Eric Cordier, who has worked for 20 years with site-specific sound recording, knew of several acoustically interesting spaces in the region in which he grew up.

And so we find ourselves en route to Normandy, in June 2010. We had a week consecrated to the exploration of one voice, and this is not just any voice; a voice developed outside of any school, through a unique journey, a voice simultaneously rock and spiritual, outside any taboo, a voice that shakes us to the core. This time, in addition, this voice is heard in its purest state. Of all the spaces visited, amongst them many churches and caves, a forest, a cliff, a tunnel, industrial wastelands, etc, it was in a quarry cave in the village of La Haye de Routot that he was able to release his entire being, offering up one hour of introspective song, so good that I believed at one moment I saw him disappear… in any case it was at this point that his voice and his body were able to melt into the space, or perhaps to become the atmosphere itself. This album presents this recording, preceded by those made in the church in the same village.

Satoko Fujimoto
(translation : Patrick McGinley)

Eric Cordier : Enregistrement et mastering

Enregistrement réalisé en 4 et 6 pistes du 15 au 20 juin 2010 en Normandie dans l’église et la grotte-carrière Lecarpentier à La Haye de Routot (27)

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Un autre chemin vers l’Ultime / Keiji Haino”