prl002 Mars release party

Makoto Kawabata (guitares électriques)
+ Jean-François Pauvros (guitares électriques)

Pied d’âne -Art et Travail
Denis Tricot (construction de sculptures éphémères)
+ Eric Cordier (diffusion)

Frédéric Nogray (bols chantants de roches fondues)

vendredi 1 Décembre 2006, 19h30

L’Imprimerie 168
168 rue de Crimée, 75019 Paris (métro 7 Crimée) accès font cour porte bleue


Deux guitares électriques amplifiées suffisent pour partir dans l’univers. Chemin flottant, ces animaux ferraillés viendront vous chuchoter, chanter des poèmes de sidéroses fleuries jusqu’à en faire détoner les organes… Ils ne sont pas méchants, ils sont seulement guidés par Mars.

Jean-François Pauvros
Guitariste, l’homme de l’acte et de l’amour. Inclassable, bien entendu. Après avoir quitté les bals, il s’est explosé en tant que guitariste du group Catalogue (avec Jacques Berrocal et Gilbert Artman), puis a traversé le monde à l’affut de rencontres avec, entre autres, Arto Lindsay ex DNA, le guitariste Noël Akchoté, RED, le poète Gozo Yoshimasu, la chorégraphe Anne Dreyfus… Il se montre également comme chanteur de blues dans le group de Jonathan Kane des Swans, chanteur incantatoire avec Keiji Haino, jusqu’à la chanson populaire avec la reprise de « Mon homme »… Avec Makoto Kawabata, il révèlent à la fois son esprit rock’n-roll et la retenue du poète, muni d’une force d’expressions très diversifiées.

Makoto Kawabata
Guitariste, à l’instrument greffé à la peau. Furieux meneur d’hommes au sein du groupe Acid Mothers Temple, compositeur impétueux à la virtuosité entre musique contemporaine, hard rock (ses premières influences étant Stockhausen et Deep Purple) et la musique traditionnelle (son amour des Troubadours), il a joué avec David Allen de Gong, Damo Suzuki, André Minvielle… Bien qu’ayant expérimenté plusieurs instruments (synthé, instruments faits maison, violon, sitar…), c’est sans doute à travers sa guitare électrique qu’il transmet le plus fermement le son qu’il appelle « absolu » au fumet si entêtant. Lorsqu’il joue avec JF Pauvros, ils tendent vers l’ivresse et délivrent avec leurs seules guitares un style à la couleur unique.


 

artettravail

Denis Tricot + Eric Cordier
Pied d’âne – Art et Travail –

Depuis le début de leur collaboration en 2003, Denis Tricot et Eric Cordier mènent parallèlement à l’Orgue de bois un projet alliant sculpture improvisée (SoloSculpture, actions de sculpture gestuelle) et musique électroacoustique sur une thématique du travail, plus précisément sur les métiers, l’artisanat, la petite industrie… Ils se retrouvent car le métier de menuisier de Denis Tricot, qui a précédé celui de sculpteur, alimente encore constamment sa sculpture et parce qu’Eric Cordier collecte depuis plus de 10 ans des sons des activités quotidiennes pour les transmuter en musique.
 » Le travail du bois est au cœur de ma création. J’ai plié mon corps au bois. Je donne à voir un corps de travailleur dans sa relation avec le matériau et travaillant pour l’inutile. Ma planche devient fil de bois pour dessiner dans les trois dimensions avec l’architecture et les villes. Elle devient arc pour amplifier mes gestes, expanser mon corps, propulser mon expression. Le bois, dans le travail, m’a offert son intimité. Je peux le transformer en matériau de mon intimité. Entre artiste et travailleur, je me maintiens dans un entre-deux tout autant stimulant que rassurant pour la sensibilité du public. S’ouvre ainsi plus largement la porte à l’émotion.  » D. T.
Ses instruments sont des arcs de peuplier de 3 mètres. Il les manipule et les emmêle, jouant des tensions et des équilibres. Lors d’une intervention, le choix des pièces musicales diffusées et des actions de sculpture gestuelle engagées sur ces diffusions se fait selon le site, ses caractéristiques architecturales, paysagères, sociales, historiques…


 

bols_blanc

Frédéric Nogray
Des bols chantant en cristal de roche fondue à haute température.

Frappés ou frottés, ils génèrent des sons très purs et intenses. La silice pure contenue dans les bols est l’élément fondamental du règne minéral et est aussi présente dans le corps humain. Entre les deux existe toute une gamme de communications possibles. Son chant nous fait vibrer et nous traverse de ses ondes purifiantes et dynamisantes. Ces bols chantant en cristal vibrent naturellement et entrent facilement en résonance avec le vivant, comme les sons harmoniques.
Un concert avec ces bols est donc autant un événement musical participant de la fabrique du sensible, qu’un massage sonore.

Frédéric Nogray travaille sur des phénomènes vibratoires et réalise des musiques, des installations, des performances, des enregistrements, des bandes-son… en accordant une attention particulière au son en tant que matière plastique. Par une mise en forme minimale basée sur de longs développements et cycles, la matière sonore est sculptée afin d’en révéler le potentiel émotionnel et « intra-psychédélique ».